Henry Jacques Le Même, architecte

Formé à l’atelier Pontremoli de l’école des beaux-arts, H. J. Le Même (1897-1997) se distingue par son style sobre et raffiné qu’il a cultivé auprès de l’un de ses maîtres, le décorateur Emile-Jacques Ruhlmann (1879-1933).

Nantais d’origine et de santé fragile, H. J. Le Même se rend en cure à St-Gervais-les-Bains en 1924 ; l’industriel Adolphe Beder, administrateur de la SFHM, et pour lequel H. J. Le Même vient de réaliser les décors du casino de la station thermale de Pougues-les-Eaux (Nièvre), lui conseille de se rendre à la nouvelle station de Megève et d’y rencontrer N. de Rothschild. Il quitte Paris et, à Noël 1925, s’installe à Megève où il ouvre une agence d’architecture.

Son premier projet est un chalet de villégiature à bâtir sur les pentes du Mont d’Arbois, commandé par N. de Rothschild. À la demande d’une « ferme savoyarde », H. J. Le Même convainc sa clientèle fortunée que leur genre de vie différent de celui des cultivateurs entraîne une architecture différente. Développant une nouvelle relation entre le villégiateur et la vie montagnarde, il invente une architecture nouvelle, faisant sienne les réflexions de l’architecte Adolf Loos et proposant une union entre cultures urbaine et vernaculaire, sans copier l’ancien.

Les réalisations sont nombreuses dans la période de l’entre-deux guerres, toutes faites d’élégance et de sensibilité. Influencé par les travaux de Le Corbusier, H. J. Le Même réalise pour des programmes de plus grande ampleur, des édifices conçus selon des principes très contemporains reposant sur une architecture rationnelle sans compromission avec des références régionales, parmi lesquels, sa propre maison-atelier en 1929, l’hôtel Albert 1er en 1929 et le collège préventorium Le Hameau en 1933.

Associé à l’architecte Pol Abraham, il construit au plateau d’Assy, entre 1930 et 1936, les sanatoriums Roc des Fiz (1929), Guébriant (1932-1933) et Martel de Janville (1935-1937) conçus dans le même esprit. "Une villa savoyarde, inspirée d’un chalet de montagne qui est de dimensions comparables, n’est critiquable d’aucun point de vue théorique. Un édifice de 120 m de long et dix étages, à la montagne, imité d’un chalet savoyard serait une gageure insoutenable" (Pol Abraham).

Après la seconde guerre mondiale, H. J. Le Même reconstruit de nombreux établissements scolaires et équipements publics dans les Alpes. Architecte de plus de 200 chalets à Megève, il contribue à donner à la station une identité visuelle et son œuvre marquera la définition de l’habitation individuelle en montagne dans la première moitié du XXe siècle.