En images

  • Elévation sud. Détail des balcons

  • Coupe et plan de toiture, esquisse par J. Labro, 1979 (A. privées J. Labro)

  • Vue en hiver

  • Vue d’ensemble depuis le nord-est

  • Maquette d’étude en carton. Vue de ¾ avant, par J. Labro, 1979 (A. privées J. Labro)

  • Vue de la galerie d’entrée

Le chalet Arkéta

Le chalet Arkéta, propriété personnelle de G. Brémond, est implanté dans la partie aval du Chemin des Ardoisières, au cœur du quartier historique des Dromonts.

 Le projet est dessiné en 1979 par J. Labro qui peut s’exprimer librement, malgré les fortes contraintes liées à la déclivité importante du terrain et à la proximité de constructions déjà bâties. Le projet repose sur les principes du « chalet champignon  », consistant à orienter l’espace de vie et les différentes pièces vers la lumière, par un plan en éventail et une volumétrie avec 4 niveaux décalés sur 321 m² (80 m² aux 2 niveaux inférieurs, 96 m² pour le niveau de vie et 57 m² aménagés sous toiture). J. Labro évoque une expression particulière dans laquelle le modelé des espaces intérieurs façonne la construction comme une sculpture.

 Le premier projet inspire une métaphore animale, dont l’épine dorsale formerait l’adossement entre les parties nord destinées aux circulations et les parties exposées de l’est à l’ouest s’élevant vers la lumière et les vues, disposition confirmée avec l’entrée amont placée à l’ « arrière-train » et la bibliothèque formant la tête de l’édifice/animal.

 Le second projet, étudié en 1980 par approfondissement du projet initial, s’enrichit d’une métaphore végétale, déterminant la mise en œuvre jusque dans ses détails constructifs avec la bibliothèque traitée en « perchoir » dominant la vallée, ainsi que le béton des murs intérieurs découpé selon un tracé arboré.
L’Arkéta concentre tous les éléments de l’architecture de la station, présentés dans leur expression particulièrement étudiée.