En images

  • Vue d’ensemble depuis le nord-ouest. Ch. Perriand, B. Taillefer, Roger Boulet, G. Regairaz, 1974 © Adagp, Paris 2009

  • Les Lauzières. La façade sud. Ch. Perriand, B. Taillefer, Roger Boulet, G. Regairaz, 1974 © Adagp, Paris 2009

  • Les Lauzières. Intérieur d’un appartement, mobilier : chaises en métal et cuir. Ch. Perriand, B. Taillefer, Roger Boulet, G. Regairaz, 1974 © Adagp, Paris 2009

  • Typologie. Schéma. Immeuble perpendiculaire à la pente, à galerie latérale et coursive inclinée

  • Les Lauzières. La rampe du dernier niveau de logements. Ch. Perriand, B. Taillefer, Roger Boulet, G. Regairaz, 1974 © Adagp, Paris 2009

  • Les Belles Challes. Détail des balcons. Ch. Perriand, B. Taillefer, Roger Boulet, G. Regairaz, 1974 © Adagp, Paris 2009

  • Ensemble hotelier Belles-Challes Lauzières. Plan des chambres. Projet, par Charlotte Perriand, Bernard Taillefer, Roger Boulet, Gaston Regairaz, mai 1974 (AC Bourg-Saint-Maurice) © Adagp, Paris 2009

  • Les Belles Challes. Les rampes d’accès au logement. Ch. Perriand, B. Taillefer, Roger Boulet, G. Regairaz, 1974 © Adagp, Paris 2009

Les résidences Belles-Challes et Lauzières

Belles-Challes et Lauzières, situées au Charvet à l’entrée d’Arc 1800, constituent le programme immobilier le plus important des Arcs conçu pour être exploité comme un grand ensemble hôtelier et para-hôtelier (R. Godino).

Composition unique, construite en 4 années (1973/1976), "la Muraille" atteint des dimensions gigantesques : 3 150 lits répartis dans 690 studios disposés dans 2 bâtiments en aile construits perpendiculairement aux courbes de niveau, 17 niveaux étagés sur 180 m de long, 60 travées de 3 m de large. Une circulation piétonne traverse tout l’édifice, du bas jusqu’en haut, empruntant les coursives (traitées en rampes) et les ascenseurs publics permettant de se rendre de la rue centrale du Charvet jusqu’au sommet de la résidence 50 mètres plus haut, avec des halls de plain-pied dans la partie intermédiaire (parties communes avec accueil, circulations verticales, salons, restaurants) et au droit de chaque rupture d’immeuble.

Le programme est conçu pour une clientèle moins fortunée que la clientèle des "pionniers", d’où la programmation de logements aux surfaces réduites, correspondant aux niveaux d’investissement acceptable par les acquéreurs sollicités. Les studios sont compacts (26 m²) aménagés dans une trame de 2,85 m avec une profondeur de 9,15 m. Dans mes études, je recherchai la plus petite trame sur la plus grande profondeur, secret de l’économie du projet qui augmente le nombre de studios, pour une longueur donnée. Chaque centimètre comptait pour la largeur : celle de la salle de bains, du passage, des rangements ; pour la plus grande profondeur : en partant de l’entrée, la longueur de deux lits superposés, celle de la salle de bains, également celle des gaines des fluides, celle de la ventilation, le plan cuisine, l’espace de travail pour une personne, le comptoir-bar personnalisé, l’espace de la longueur du lit et la largeur d’un second posé en équerre, une petite banquette le long de la façade, les balcons variant de 1,3 à 1,5 m. Je viens de décrire le studio le plus élaboré des Lauzières, le plus performant (Ch. Perriand).

La période de chantier étant limitée à 6 mois (mai - novembre) et les délais de livraison draconiens, la préfabrication s’impose pour les pièces humides (salles de bain et cuisines), parties les plus pénalisantes des planning de chantier en raison des interventions de nombreux corps d’état (plombier, électricien, plâtrier, carreleur, peintre) dans un espace très réduit. Ch. Perriand confie à un industriel des chantiers navals de Saint-Nazaire la fabrication d’un prototype bloc-sanitaire - bloc-cuisine réalisé par deux coques moulées en polyester, assemblées à l’horizontal, comprenant tous les équipements. Produits en série, ils sont livrés au rythme de 7 coques par jour, acheminés par camion.

 

JPG - 126.4 ko
Typologie. Schéma. Immeuble perpendiculaire à la pente, à galerie latérale et coursive inclinée