La maîtrise foncière

La station d’Avoriaz est aménagée sur le site de l’ancien alpage d’Avoréa, réputé communal depuis le début du XVIIIe siècle. En 1949, à l’exclusion des neuf chalets d’alpage propriétés de cultivateurs particuliers, le plateau d’Avoriaz est concédé en vue de l’équipement des pentes des Hauts-Forts par un téléphérique partant depuis la vallée, augmentant ainsi les champs de ski de Morzine. Après deux expériences infructueuses en 10 ans, la commune de Morzine concède, en 1960 à J. Vuarnet, l’aménagement et l’équipement du plateau d’Avoriaz.

La concession est reprise en 1962 par le groupe immobilier Brémond-Lafont qui réalise la station et l’équipement du domaine. La commune cède gratuitement à l’aménageur, pour 30 ans, 82 ha d’alpage sur lesquels sont prévus la construction de 210 000 m² de plancher.

 Le plan d’urbanisme dressé par l’équipe de l’AAA est approuvé par arrêté préfectoral le 14 janvier 1965. Il comprend 14 tranches différentes. Les 4 premières couvrent la butte des Dromonts par laquelle démarre la station. Le terrain de 45 000 m² est découpé en 64 lots. Le règlement prévoit 2 types de gabarits, les immeubles « hauts et panoramiques » correspondant aux « immeubles tours pyramide » et les immeubles « en bande continue » correspondants aux « immeubles parallèles à la pente en pyramide » pour les autres lots.

La mise en œuvre de la station se poursuit pendant plus de 30 ans à l’intérieur du périmètre du lotissement modifié à l’ouverture de chaque tranche, aboutissant à la réalisation de tous les droits à construire. En 1992, à l’échéance de la concession, les espaces publics sont rétrocédés à la commune. La capacité d’accueil et l’équipement du domaine skiable sont renégociés entre le groupe Pierre et Vacances et la commune, intégrant l’évolution des modes d’occupation des résidences et des pratiques sportives et entraînant une augmentation des capacités d’hébergement et des performances du domaine skiable.