En images

  • Arc 1600. La Rive. Charlotte Perriand, Bernard Taillefer, Atelier d’Architecture en Montagne architectes, 1969. Vue d’ensemble

Les principes d’architecture

Les grandes résidences ou "l’immeuble lourd" 

L’ « immeuble construit dans la pente » apparaît en 1967 à Arc 1600, lorsque Ch. Perriand suggère de « coucher » sur le flanc de la montagne les immeubles envisagés comme des « immeubles tours », plutôt que de les « dresser » sur des plateformes artificielles. Cette disposition conduit à une refonte complète du plan d’urbanisme, substituant au front de neige continu, une succession de « grenouillères » ouvertes aussi bien vers l’amont que vers l’aval, rythmant un parcours de place en place entre les immeubles collectifs.

Ce parti pris constructif accompagne le plan linéaire de la station, dicté par le respect d’une courbe de niveau unique le long de laquelle sont disposées les résidences. Le principe est le suivant : "Sur une pente moyenne à 20%, si, à un niveau donné, vous le prolongez d’une droite, dont la longueur serait fonction de la plus grande hauteur possible pour un bâtiment ne dépassant pas dix niveaux, afin de ne pas tomber dans les normes de sécurité d’un immeuble de grande hauteur, vous récupérez la toiture de plain-pied avec une circulation piétonne favorisant toute une animation possible, bistrot, restaurant avec terrasse, rencontre. Et vous assurez une densité convenable au bâtiment qui se présente alors sous forme d’un triangle épousant la pente" (Ch. Perriand).

L’aménagement de chaque immeuble est complet, détaillant aussi bien les distributions collectives, que la distribution en cascade des logements ou l’agencement intérieur par répartition des pièces et choix des mobiliers. Malgré les dimensions variées des programmes des résidences et la diminution progressive des surfaces des logements au cours des réalisations échelonnées sur plus de vingt ans, les concepts restent comparables pour tous les immeubles. Des principes communs de composition sont déclinés pour chacun, illustrant une recherche permanente, parmi lesquels : les circulations collectives traitées en galeries publiques souvent inclinées, l’orientation privilégiée vers le paysage de chaque logement prolongé par une terrasse, le décalage systématique entre chaque travée, la toiture porte-neige, la seconde façade support des terrasses, la conception de salles de bains préfabriquées en résine de polyester, l’aménagement complet intérieur (mobilier, cuisine bar, tables, chaises, écritoires).